Résistance 7ème Art, webzine sur le cinéma indépendant,
  26-06-2017
  FLYING WITH ONE WING d'Asoka Handagama
  Skri Lanka - 2002 - Couleur - 1h21 - 35mm
Flying with one wing d'Asoka Handagama
 


>>
FICHE TECHNIQUE
Réalisation : Asoka Handagama
Scénario & dialogues : Asoka Handagama
Directeur de la photographie :
Channa Deshapriya
Décors : Rohan Samaradivakara
Maquillage : Samarasiri Kandanage
Montage : Ravindra Guruge
Musique : Rohana Weerasinghe
Producteur exécutif : Iranthi Abeysinghe
Production : Upul Shantha Sannasgala, Be-Positive Media Group (Colombo)
Laboratoires : Prasad Films (Madras)
Mixage DTS : Media Artists (Madras)


>> FICHE ARTISTIQUE
La femme : Anoma Janadari
Sa compagne : Gayani Sudhrashani
L'employé : Mahndra Perera
Le médecin : W. Jayasiri
Le joueur du football : Jagath Chamila



>> FILMO
1994 : Moon Lady (Chanda Kinnarie) (inédit)
1996 : Moon Hunt (inédit)
2000 : This is my Moon (Me Mage Sandai)
2002 : Flying with one Wing (Tani Tatuwen Piyabanna)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


>> SORTIE NATIONALE : le 4 février 2004
>> Distribué par "HELIOTROPE FILMS" :
www.heliotropefilms.com



>> SYNOPSIS

De nos jours, dans une petite ville de Sri Lanka, une femme vit et travaille sous l'apparence d'un homme marié. A la suite d'un banal accident, sa véritable identité sexuelle est découverte par le médecin qui la soigne. Ce dernier se met à la harceler. Dans le même temps, un de ses collègues, se méprenant tant sur l'identité que les penchants sexuels de son " compagnon " de travail, tente lui aussi de la séduire. La femme repousse l'un et l'autre, mais par dépit, le médecin révèle finalement son secret… Le rêve d'une vie d'homme s'écroule : commence alors pour elle une succession d'épreuves qui conduiront à un dénouement tragique.

Ce récit s'inspire d'un fait divers survenu à Sri Lanka en 1999. La jeune femme, dont l'histoire a inspiré le film, est sortie de prison en 2002.


>> L'ACCUEIL DU FILM A SRI LANKA

Le 24 juin 2002, une avant-première de Flying with one Wing a lieu à Colombo. Le film reçoit immédiatement le soutien de l'élite intellectuelle du pays. Quelques jours plus tard, la production est informée que la commission de censure exige la suppression de 7 scènes du film, considérées comme obscènes, ce à quoi Asoka Handagama s'oppose catégoriquement. A l'automne 2002, au terme d'ultimes négociations relayées par la presse et les festivals internationaux dans lesquels le film est sélectionné, il obtient finalement gain de cause : Flying with one Wing sort à Colombo et dans quelques autres villes de Sri Lanka, sans aucune coupure, le 26 février 2003. Il reste à l'affiche pendant plusieurs mois, non sans déclencher de très violentes polémiques et attaques personnelles contre le cinéaste. "L'immoralité" du film - et du cinéaste - dénoncée par certains touche moins au thème de l'homosexualité qu'à l'hypocrisie et la violence sociales qui se trouvent ainsi démasquées. L'image - forte - d'une femme conquérant sa liberté en adoptant le comportement d'un homme, suscite la controverse, qui ira jusqu'à insinuer une collusion coupable entre le cinéaste et l'industrie du tabac : ne voit-on pas le personnage principal affirmer sa "masculinité" - et donc encourager les autres femmes à faire de même - en fumant à plus de 15 reprises tout au long du film ?!



>>
REALISATRICE : Asoka Handagama : " le rebelle en cours d'éclosion "

Asoka Handagama est né en 1962, au sud de Sri Lanka. Il étudie les mathématiques à l'Université de Kelaniya (région de Colombo) dont il est diplômé en 1986. Il entre à la Banque Centrale de Sri Lanka comme statisticien avant de partir, quelques années plus tard, suivre des études d'économie en Grande Bretagne. Après avoir obtenu un "Master of Science" en économie du développement à l'Université de Warwick, il retourne à Colombo en 1995 et occupe aujourd'hui encore un poste de directeur adjoint en charge de l'information et de la communication à la Banque Centrale de Sri Lanka. Il est marié à l'actrice Anoma Janadari (l'interprète du personnage principal de Flying with one Wing), dont il a deux enfants.

Encore étudiant, Asoka Handagama se lance dans l'écriture et la mise en scène de pièces de théâtre qui abordent, avec une audace sans précédent, les conflits ethniques et politiques qui secouent le Sri Lanka dans les années 80. Ses pièces remportent un grand succès tant public que critique dans tout le pays. Sa notoriété sans cesse grandissante ouvre à Asoka Handagama les portes de la télévision nationale pour laquelle il réalise plusieurs fictions, à partir de 1994, qui font également sensation tant par leur contenu politique que par leur style. C'est également en 1994 qu'il réalise sa première œuvre pour le cinéma, Moon Lady, suivie deux ans plus tard de Moon Hunt, toutes deux multiprimées au Sri Lanka. Enfin, 2001 est l'année de This is my Moon, présenté dans plus d'une trentaine de festivals internationaux et consacré comme le tout premier film sri lankais ayant fait l'objet d'une distribution commerciale en France.

>> DECLARATION D'INTENTION DU CINEASTE

Toutes les petites filles, dès leur plus jeune âge, comprennent très vite que la "condition féminine" n'est rien d'autre qu'une convention sociale. Elles comprennent aussi que la "masculinité" est un état supérieur à celui de la femme dans l'ordre social. Résultat, chaque petite fille, en plus de devenir femme, souhaite plus ou moins consciemment être aussi un homme. Ce désir débouche sur un véritable dilemme au fur et à mesure qu'elle grandit. Elle réalise peu à peu qu'elle va devoir partager le même sort que celui de la plupart des autres femmes, que cela tient aux relations traditionnelles et rituelles ordonnées par la société. Elle n'a pas d'autre échappatoire que d'étouffer le désir de virilité qu'il y a en elle, et devenir conforme à ce que l'on attend d'elle.

Jusqu'à son accident, le personnage principal de mon film a au contraire joui d'une vie libre. Sa vie " d'avant " et les raisons qui l'ont amenée à adopter l'apparence d'un homme ne sont ni décrites, ni expliquées directement. C'est la clinique qui sert de révélateur de tous les préjudices que subissent les femmes, et par là même retrace ce qui a pu être son propre parcours. La clinique joue un rôle symbolique : c'est en quelque sorte le " temple " vers où convergent toutes ces femmes victimes d'abus de toutes sortes, physiques et moraux, et qui viennent en quête d'une aide. Mais le dieu de ce temple, le médecin-avorteur, est lui-même un agresseur…

C'est la première fois, je crois, que dans cette partie du monde la question des discriminations sexuelles dans la société est évoquée d'une façon aussi frontale. Il me restait alors à imaginer une façon particulière, unique, de transcender les mots et visualiser ces idées. Tout comme mon précédent film This is my Moon, Flying with one Wing est un peu le produit d'une expérimentation, un prototype en quelque sorte.

 
A L'AFFICHE
-> TOUS LES FILMS
-> CETTE SALE TERRE de A. Kötting
-> SIETE DIAS, SIETE NOCHES de J. CANO
-> LIBERTY BOUND de C.Rose
-> J'IRAI CRACHER SUR VOS TOMBES de M.GAST
-> LES SUCRIERS DE COLLEVILLE de A.Doublet
-> LE COSTARD d'A.Rodriguez
-> MONDO MULLOY de P.Mulloy
-> PAS ASSEZ DE VOLUME de V.Glenn
Ces textes ne sont pas des critiques. CRITIQUES sur : CINEFEUILLE, le site des salles obscures pour spectateurs éclairés !!


PROPOSEZ nous les dossiers de presse de vos films:
r7a@wanadoo.fr
SOMMAIRE
Notre charte
Open du Court
Evènements
Débats et Articles
Films
Espace Adhérents
Liens
Forum
Contact
Accueil du webzine


Haut de la page